Transports

Avion : Compagnies aériennes en Indonésie

Voici les principales compagnies assurant des vols intérieurs (d’autres sont mentionnées dans les chapitres régionaux) :

  1. Air Asia (www.airasia.com) : Transporteur malaisien low cost à la croissance rapide ; réseau étendu de vols nationaux et en Indonésie.
  2. Garuda (www.garuda-indonesia.com) : Dessert des destinations majeures dans l’archipel à bord d’avions récents.
  3. Sriwijaya Air (www.sriwijayaair.co.id) : Vols vers Java, Kalimantan, Sumatra et Sulawesi.
  4. Transnusa (www.transnusa.co.id) : Pour les vols sur Nusa Tenggara et au départ de Bali (Denpasar) vers des destinations comme Labuanbajo.

Apaja

Apaja est une application sociale de navigation basée sur les transports en commun pour Jakarta. C’est la meilleure solution pour vos trajets journaliers ou occasionnels : www.apaja.id

Billets

Les transporteurs indonésiens les plus importants donnent leurs tarifs sur leur site Internet, mais il peut être difficile, voire impossible, d’acheter des billets en ligne hors d’Indonésie car des lois limitent les ventes aux cartes de crédit locales. Plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • Site Internet : Les sites Internet de certaines compagnies, notamment Garuda et AirAsia, acceptent les cartes bancaires du monde entier.
  • Agences de voyages indonésiennes : Parfaites pour se procurer un billet pour un vol intérieur une fois sur place.
  • Amis : Demandez à une connaissance indonésienne ou à un propriétaire de guesthouse ou de homestay (pension et maison d’hôtes) de vous acheter un billet en ligne avec sa carte bancaire, puis remboursez-le.
  • Aéroport : Parfois, la meilleure manière d’obtenir un billet pour un vol intérieur est d’aller à l’aéroport et de comparer les prix des compagnies. La plupart n’acceptent que les espèces et proposent des offres de dernière minute quand il leur reste des places libres.

Bateau

Les îles et archipels de Sumatra, Java, Bali, Nusa Tenggara (Petites îles de la Sonde) et Sulawesi (Célèbes) sont tous reliés par des ferries réguliers, que vous pouvez utiliser pour parcourir, d’une île à l’autre, tout le pays, de Sumatra à Timor. Ces ferries circulent tous les jours ou plusieurs fois par semaine. Mais nous vous suggérons de prendre le vols intérieurs qui est plus sure et plus rapide

Autres bateaux

De nombreux bateaux relient les îles, sillonnent les rivières et les lacs. On peut louer toutes sortes d’embarcations dans l’archipel.

  1. Bateau de pêche : Il est possible de louer ces esquifs pour se rendre sur des îlots au large.
  2. Longboat (ou longbot) : Cette embarcation longue et étroite, propulsée par des moteurs extérieurs et très utilisée à Kalimantan, est pourvue de bancs de chaque côté de la coque pour les passagers.
  3. Pirogue à balancier/canot : Également propulsés par un moteur extérieur, ces canots sont le moyen de transport standard pour certains courts trajets d’île en île, comme de Manado (Sulawesi Nord) aux récifs coralliens autour de l’île de Bunaken. À Lombok, ces bateaux relient le port de Bangsal et les îles Gili.
  4. Ferry fluvial : Communs au Kalimantan où les rivières font office de routes, ces ferries transportent passagers et marchandises.
  5. Bateau touristique/vedette : Ces vedettes rapides peuvent embarquer 40 passagers ou plus. Elles circulent surtout entre Bali, Nusa Lembongan, Lombok et les îles Gili.
  6. Bateau à voile (Croisiere) : Un voyage pensé pour les amoureux de voile et de territoires vierges, à travers Florès ou Rinca, où la magnificence terrestre et maritime se conjugue à la rencontre avec des cultures rares. La croisière en voilier est peut-être l’un des meilleurs moyens d’aborder ces îles.

Bus

Les bus sont le pivot du transport indonésien. À tout moment de la journée, des milliers de véhicules de toutes formes et de toutes tailles transportent des milliers de personnes dans tout le pays.

La plupart du temps, l’atmosphère est étouffante, et vous serez bien secoué
– mieux vaut avoir l’estomac bien accroché ! Les bus, souvent peu rapides, constituent pourtant la meilleure façon de rencontrer les habitants.

Autre contrainte : Ils ne partent que lorsqu’ils affichent complet, ce qui signifie parfois que même le couloir est occupé… Pour des longs trajets, les bus climatisés sont une meilleure option. Comme les routes sont de plus en plus fréquentées, les bus se retrouvent souvent pris dans des embouteillages. Aussi, pour les principaux itinéraires, comme le trajet de 24 heures de Bali à Jakarta, il est judicieux de comparer l’offre des vols low cost avec leurs tarifs compétitifs.

Voyagez aussi léger que possible – les bus ont rarement d’espace de stockage. Une grosse valise sera difficile à caser et risque de finir sur vos genoux. Beaucoup d’endroits isolés ne sont accessibles qu’en bus public. Pour un voyage plus authentique, laissez vos bagages à la consigne et emportez le minimum.

Faites attention à vos affaires et gardez votre passeport, votre argent et autres papiers importants sous la main, de préférence dans une ceinture-portefeuille.

Classes

Les bus économiques , les plus basiques, suivent un itinéraire fixe entre les villes, souvent tous les jours. Ils sont lents, étouffants et bondés, mais aussi très bon marché et donnent l’occasion de savourer une vraie tranche de vie indonésienne.

Les bus express  ressemblent aux bus économiques mais ne s’arrêtent qu’à certaines gares routières précises ; officiellement, ils ne prennent pas de passagers au bord de la route. Les bus Patas climatisés sont plus confortables et on y est souvent assis. Inutile de réserver.

Les bus climatisés de luxe (ou “executive”) proposent de multiples tarifs selon la catégorie et les prestations offertes : sièges inclinables, toilettes, TV, karaoké ou en-cas. Il faut réserver son billet ; les vendeurs disposent souvent de photos du bus et du plan des sièges.

Réservations

Les véhicules effectuant de courts trajets sur de bonnes routes partent à toute heure. Pour les voyages plus longs, allez à la gare routière dès potron-minet pour vous informer (et réserver) l’un des trajets du jour. Sur les mauvaises routes, où les véhicules sont moins nombreux, mieux vaut acheter un billet à l’avance. Enfin, il faut réserver pour les bus de luxe.

Souvent, les hôtels vendent les billets ou les achètent pour vous, et s’arrangent pour que le bus vienne vous chercher – ce service vaut quelques milliers de roupies, mais vous ne les regretterez pas.

Vélo

Avec une bonne forme physique, un peu de préparation et beaucoup de bon sens, un cycliste peut vivre une expérience incomparable presque partout dans l’archipel. Les routes bien entretenues de Bali, Lombok, Java Est et Sulawesi Sud conviendront aux cyclistes de tous niveaux, tandis que les plus aguerris opteront pour les collines de Sumatra ou de Nusa Tenggara.

Les deux principales difficultés sont la chaleur et la circulation. Pour y remédier, reposez-vous pendant les heures les plus chaudes, et restez sur les petites routes ou sautez à bord d’un camion ou d’un bus pour les sections les plus dangereuses. Le troisième désagrément, être constamment un objet de curiosité, demande juste un peu d’habitude.

On loue facilement des vélos à Bali et dans d’autres centres touristiques comme Jogjakarta. Renseignez-vous à votre hôtel. Les tarifs varient de 15 000 à 50 000 Rp par jour. Cependant, dans des endroits comme la Papouasie, les vélos à louer sont très rares.

Le vélo gagne en popularité parmi les Indonésiens et les cyclo-clubs aident volontiers les étrangers. Bike to Work (www.b2w-indonesia.or.id) dispose d’un grand réseau national. De nombreuses zones touristiques, en particulier Bali, Lombok et Jogjakarta proposent des circuits organisés à vélo assistés par un véhicule.

Il existe généralement un parking à vélo surveillé (2 000 Rp) à proximité des principaux sites.

Voiture et moto

Assurances

Les agences de location et les propriétaires insistent généralement sur l’assurance de leur véhicule, et une assurance minimum devrait être incluse dans l’offre de location de base – souvent avec une franchise allant jusqu’à 100 $US pour une moto et 500 $US pour une voiture.

Les assurances de voyage fournissent parfois une protection supplémentaire, bien que les accidents de voiture en soient souvent exclus.

Un propriétaire privé louant sa moto peut ne pas proposer d’assurance. Assurez-vous que la vôtre couvre les éventuelles blessures provoquées par un accident.

Code de la route

Comme dans la plus grande partie du Sud-Est asiatique, les Indonésiens roulent à gauche (mais parfois à droite, et parfois même sur le trottoir !).
En réalité, il n’y a pas de bonne raison de prendre vous-même le volant : conduire requiert une grande concentration et les conséquences juridiques des accidents peuvent devenir un véritable cauchemar, car c’est toujours de la faute de l’étranger.

État des routes

La circulation dense qui encombre toutes les villes indonésiennes fait de la conduite une activité épuisante, notamment sur des routes où nids-de-poule et bouchons vous attendent. Trouver son chemin vers les principaux sites touristiques de n’importe quelle île peut être une gageure, car les panneaux ne sont pas nombreux et les cartes souvent périmées.
Sur la plupart des routes, la vitesse moyenne est de 35 km/h.

Location voiture

S’il est possible de louer à Bali un 4×4 , cela devient plus difficile et coûteux à mesure que l’on s’éloigne des zones touristiques.

Il est très fréquent de louer un véhicule avec chauffeur. Comptez 400 000-1 000 000 Rp par jour (500 000 Rp par jour est le tarif moyen dans les zones touristiques comme Bali ; les tarifs les plus élevés sont dans les régions les plus reculées comme la Papouasie et Kalimantan).

Si vous voyagez en groupe, louer un minibus avec chauffeur constitue l’option la plus économique et celle qui offre le plus de liberté de déplacement. Les hôtels pourront vous présenter un chauffeur.

Moto

Motos et deux-roues sont faciles à louer en Indonésie.
Assurez-vous d’avoir un casque, le port de celui-ci étant théoriquement obligatoire. À Bali, de nombreux deux-roues à louer sont munis d’un support pour porter une planche de surf.
Il vous faut un permis, surtout pour l’assurance en cas d’accident, mais vous n’aurez que fort peu d’occasions de le montrer.

Certaines assurances ne vous couvrent pas en cas d’accident de moto – lisez bien les conditions.

Permis de conduire

Il vous faut un permis de conduire international pour conduire en Indonésie. Il vous sera rarement demandé si vous louez une voiture, mais la police peut vous le réclamer. Prenez aussi votre permis national – vous êtes censé l’avoir sur vous. Si vous avez le permis moto, faites-le mentionner sur votre permis international.

Auto-stop

Le stop ne fait pas partie de la culture indonésienne. Pourtant, il se peut que quelqu’un s’arrête si vous tendez le pouce. Sur les petites routes non desservies par les transports en commun, le stop est parfois la seule alternative à la marche, et les motards ou les chauffeurs de camion qui passent sont souvent serviables.

Gardez malgré tout à l’esprit que le stop n’est jamais tout à fait sûr, où que vous soyez, et que nous le déconseillons. Les voyageurs décidant de faire du stop doivent savoir qu’ils prennent un risque, faible mais réel. Mieux vaut dans ce cas voyager à deux et prévenir quelqu’un de votre destination.